Actualités

Les organisations Cgt70-Fo70-Fsu70 et Solidaires70 appellent les travailleurs, les sans-emplois, les jeunes et les retraités à se mobiliser contre le projet de loi EL KHOMRI et pour conquérir de nouvelles garanties et protections collectives

17 Mars 2016, 16:11pm

LOI TRAVAIL

PUBLIC-PRIVE TOUS CONCERNES

POUR LE RETRAIT DU PROJET LOI TRAVAIL

JEUDI 31 MARS 2016

JOURNEE DE GREVE INTERPROFESSIONNELLE

MANIFESTATION à 10H PLACE DE LA GARE à VESOUL

Parcours : Rond-point du Lac, Haberges, Préfecture, Mairie avec pique-nique ou barbecue sur place

Après le « Pacte de responsabilité » mis en place en 2014, cadeau de 41 Milliards d’euros fait au Patronat sous forme d’aides (réduction d’impôts et de cotisations sociales), dont la contrepartie attendue devait avoir pour effet l’inversion de la courbe du chômage à hauteur de 1 000 000 de créations d’emplois !!!

Après la loi « Macron » du 6 aout 2015 qui favorise le travail du dimanche et de nuit, qui instaure la réforme de la juridiction prud’homale et modifie les règles de licenciements économiques collectifs …

Après la loi « Rebsamen » du 17 aout 2015 relative au dialogue social et à l’emploi qui affaiblit les Instances Représentatives (DP-CE-CHSCT) des personnels dans les entreprises.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés au projet de « Loi Travail » qui attaque le Code du Travail et l’unicité des droits des travailleurs en privilégiant les accords d’entreprises aux accords de branches.

Les aménagements annoncés par le Premier Ministre ne changent pas la philosophie générale de l’avant-projet. Ce texte contribue à diminuer les droits des salariés et accroît la précarité, notamment des jeunes.

Décentralisation de la négociation collective au niveau de l’entreprise, affaiblissement des conventions collectives, des accords de branches, fragilisation des droits individuels acquis, remise en cause des majorations des heures supplémentaires, facilitations des licenciements, affaiblissement de la médecine du travail…. sont autant d’exemples de régressions qui demeurent.

Si le gouvernement réussissait à faire passer cette loi pour le privé, il ne manquerait pas de s’appuyer sur ces reculs pour diminuer également les droits des agents de la Fonction Publique (casse du statut des fonctionnaires).

Le 09 mars dernier a été l’occasion d’une mobilisation massive au niveau national. A la suite de l’expression de ce ras le bol, le gouvernement tente, par une campagne de communication bien huilée, de faire croire qu’il a fait des concessions !

Il n’en est rien, le projet de loi travail reste régressif pour les droits des travailleurs, toxique pour l’emploi et l’économie de notre pays. C’est un cadeau supplémentaire fait au MEDEF qui se permet même de faire la fine bouche !

Ce n’est pas en facilitant les licenciements et en donnant plus de pouvoir aux patrons que nous allons répondre à un chômage devenu institutionnel et qui sert régulièrement de moyen de pression pour accentuer la précarité des contrats de travail, baisser les rémunérations et freiner la reconnaissance des qualifications

C’est d’une autre société dont nous avons besoin et ensemble il nous faut dire haut et fort que les miettes accordées par le premier ministre ne changent rien aux conséquences catastrophiques de son projet de loi EL KHOMRI

Etes-vous prêts à accepter :

  • La possibilité de conclure des accords d’entreprise au rabais, contre l’avis de vos représentants syndicaux
  • La remise en cause de la majoration des heures supplémentaires
  • L’augmentation, sans compensation financière, de la durée hebdomadaire de travail et des 35 heures
  • De travailler plus pour gagner moins et d’être de moins en moins protégé contre les licenciements

Amplifions la mobilisation par la grève et la manifestation le 31 mars, pour obtenir le retrait du projet de loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives

NON Monsieur VALLS à ce projet de régression sociale.

NON Monsieur BERGER, « Leader réformiste du syndicat préféré de ce gouvernement », ce projet, contrairement à ce que vous avez déclaré, n’est pas porteur de « progrès pour les jeunes et les salariés ».

ENSEMBLE EXIGEONS LE RETRAIT DU PROJET DE LA LOI TRAVAIL

Commenter cet article