Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualités

POUR UNE SOCIÉTÉ PLUS JUSTE, DURABLE ET SOLIDAIRE. Toutes et tous en grève le 4 février 2021

2 Février 2021, 18:33pm

Publié par La Cgt70

Il est indéniable que la gestion de la crise par le gouvernement est désastreuse.

Le plan de relance ne concerne pas les salariés,mais seulement le patronat et les actionnaires. Tout leur est permis: casse de l’emploi, pressions exacerbées sur les salaires, dégradation des conditions de travail, affaiblissement de la protection sociale. Pendant que les grands groupes continuent à s’enrichir en bénéficiant des aides publiques, les travailleurs souffrent.

On demande toujours plus aux «premiers de corvées», afin de rattraper le chiffre d’affaire soi-disant perdu à cause du virus. Comme par exemple le volontariat pour assurer l’ouverture dominicale des magasins.

Un contexte anxiogène est entretenu volontairement par le gouvernement et le patronat pour contraindre les salariés à tout accepter.Cette situation dramatique frappe en particulier les plus jeunes: ceux qui comptaient sur ces emplois pour financer leurs études ainsi que ceux qui sont en quête d’un premier job et d’une première expérience professionnelle.Cette situation a des conséquences graves sur la vie quotidienne de nombreux citoyens, la pauvreté se développe et les associations caritatives voient exploser les demandes d’aide alimentaire.

Des milliards d’euros d’argent public pour supprimer des emplois,c’est inacceptable.

Indifférent à l’échec d’un système économique à bout de souffle, le patronat cumule très souvent licenciements et aides publiques (chômage partiel) notamment dans la grande distribution, dont le chiffre d’affaire a augmenté ces derniers mois.

Les grands groupes ont bénéficié des milliards des plans de soutien, ce qui ne les a pas empêché d’annoncer des suppressions d’emplois qui touchent toutes les catégories professionnelles. La grande majorité des entreprises a saisi l’opportunité d’une baisse temporaire d’activité pour restructurer et accroître le niveau de productivité au moment de la reprise.

Que dire des célèbres GAFAM qui ont vu leur chiffre d’affaire exploser suites aux mesures sanitaires?

Gouvernement et patronat: rien ne change.

Rien pour les petits salaires, le ministre du travail annonce, presque comme une provocation, une revalorisation du SMIC en dessous d’1% pour 2021.

Rien non plus pour les «premiers de corvée», exposés depuis le début de la pandémie, toutes et tous devront attendre une hypothétique négociation dans leurs secteurs professionnels fin 2021.

Rien pour les soignants qui dénoncent un plan Ségur au rabais.

Rien pour l’ensemble des fonctionnaires dont le point d’indice reste gelé.

Rien pour les personnels de l’Éducation Nationale malgré un simulacre de concertation autour d’un Grenelle de l’éducation.

Il n’y a pas de fatalité. Tout est une question de choix.

Nous revendiquons :

L’arrêt de tous les plans de suppressions d’emplois en cours et survenus durant l’année 2020.

La conditionnalité de toutes les aides publiques au maintien ou à la création d’emplois et leur contrôle.

La suppression des dividendes versés aux actionnaires des grands groupes pour l’année 2020, soit l’équivalent de 60 milliards d’euros qui doivent être réorientés pour le social, l’économie et l’environnement.

Le développement des services publics sur l’ensemble du territoire par la création de 500000 emplois dans la Fonction Publique, dont près de la moitié dans la santé et l’action sociale.

La réduction du temps de travail à 32 heures sans perte de salaire pour travailler moins, mieux, toutes et tous.

Une autre réforme de l’assurance chômage avec l’ouverture de droits à toutes et tous, y compris pour les jeunes en recherche d’un premier emploi.

Une sécurité sociale professionnelle permettant un déroulement de carrière progressif quels que soient les aléas de la vie au travail.

Une revalorisation des salaires sur la base d’un SMIC à 1800 euros brut et des pensions.

La retraite pour toutes et tous à 60 ans.

 

Jeudi 4 février 2021

Rassemblement à 10 H 30

à la gare de Vesoul

Commenter cet article