Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualités

Retraite à 64 ans, c'est non et c’est le moment de passer du mécontentement à l’action collective

13 Janvier 2023, 06:24am

Publié par La Cgt70

La Première Ministre a annoncé ce 10 janvier 2023 le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans avec une accélération de l’augmentation de la durée de cotisation. 

Ces mesures sont brutales et injustes. Punition collective : 2 ans de plus pour tout le monde.

Rien ne justifie une telle réforme si ce n’est une obstination politique et idéologique, celle de faire porter sur les salariés, et non sur les plus riches, le financement de notre système de retraites.

De nombreuses pistes porteuses de progrès social existent, fin des allégements de cotisations sociales sans effet sur l’emploi, fin des cadeaux fiscaux aux plus riches, augmentation des cotisations retraite des salariés et des employeurs. Toutes balayées par le Gouvernement arc-bouté sur le recul de l’âge légal de départ. Faisons-lui entendre raison en étant massivement en grève le jeudi 19 janvier !

 

La version 2023 est une réforme plus dure encore que celle de 2020

  • Sous couvert de contreparties comme le relèvement du montant minimum des pensions, la réforme 2023 est en fait encore plus dure que celle avortée de 2020.

Si elle était appliquée, elle serait plus rapidement défavorable aux salariés et accélérerait la baisse des pensions. Le Conseil d’Orientation des retraites estime que le pouvoir d’achat des retraités pourrait à terme baisser de 20% par rapport à celui des actifs. La baisse du niveau des pensions est un appel d’air à la capitalisation, ceux qui en auront encore les moyens se tourneront vers les assurances privées par capitalisation.

  • La « garantie » d’un minimum de pension à 1 200 € n’est qu’un leurre, car elle ne serait effective que pour les carrières complètes. Les fameux 85 % du SMIC étaient déjà prévus dans la réforme de 2003, mais jamais appliqués.
  • Des carrières longues qui vont encore s’allonger, les travailleurs éligibles devront attendre 60 ou 62 ans en fonction de l’âge auquel ils auront commencé à travailler.
  • Triple peine pour les seniors, 2 ans de plus à travailler, donc plus nombreux sur le marché du travail. Rien n’est prévu pour favoriser l’emploi des seniors. Ceux nés entre 1961 et 1966, prendront de plein fouet l’accélération de la réforme Touraine augmentant le nombre d’annuités cotisées à 43 ans pour bénéficier d’une pension à taux plein.
  • La pénibilité : ceux les plus exposés qui remplissent les critères feront valoir leurs droits à 62 ans au lieu de 60 actuellement. Le gouvernement envisage de réintroduire 2 critères qu’il avait supprimé au précédent quinquennat.
  • La mise à mort des régimes spéciaux : en les affiliant au régime général à partir de septembre 2023.

 

La CGT revendique :

  • Départ à la retraite à 60 ans à taux plein,
  • Départ anticipé pour les salariés exposés à des facteurs de pénibilité,
  • Assurer un niveau de pension d’au moins 75 % du revenu d’activité pour une carrière complète,
  • Elever le minimum de pension au niveau du SMIC CGT pour une carrière complète,
  • Indexer les pensions sur l’évolution des salaires et sur celle des prix,
  • Prendre en compte les années d’études,
  • Une politique volontariste d’égalité salariale F/H.

JEUDI 19 JANVIER, TOUS ENSEMBLE

Rassemblement à VESOUL à 9H

Sur le Pont de la N19

(au dessus du CORA)

Pour un parcours massif jusqu’à l’hôpital

à l'appel de La Cgt70, Cfdt, FO, FSU-UNSA- Solidaires-CFE/CGC-CFTC

 

 

 

 

 
   
Commenter cet article